Les opiacés, puissants antidouleurs, très addictifs

Peut on devenir addict à son médicament, et ne plus pouvoir s'en passer ? C'est ce qui arrive avec les opiacés, qui sont un puissant antidouleur, très utile, mais à prendre avec toutes les précautions. Une prise longue nécessite de pouvoir effectuer un sevrage. 

La prise d'opiacés et le travail en entreprise, un sujet ou la prévention est plus que nécessaire. 

Avant d'évoquer les sujets liés aux drogues interdites, les opiacés, issus du pavot dont on tire la morphine, sont de puissants anti douleurs et celui qui souffre de mal de dos sévères savent que ces médicaments sont très utlies.  Ils sont cependants des effets secondaires très importants, et un pouvoir addictif à ne pas négliger. 

Un effet secondaire est qu'ils sont le plus souvent imcomptabible avec la conduite d'un véhicule, car ils vous font facilement perdre la vigilance nécessaire. C'est vrai pour la voiture pour aller au travail, c'est aussi vrai pour les engins utilisés dans les entreprises, et quand on est sous l'effet d'un médicament à base d'opiacés, il faut se poser la question : puis je (temporairement) continuer à faire mon travail, et c'est le médedcin ou le médecin du travail qui devra prendre la décision. 

Un salarié n'est pas obligé de dire à son employeur quel médicament il prend, et l'employeur est garant de la sécurité de son salarié, donc comment traiter ce point. Les formations apportent des éléments de réponses. 

L'héroïne, dérivé de la morphine

ce que décrit la midelca

  • Dès la première prise : ralentissement du rythme respiratoire / cardiaque et de la tension artérielle, possibles vertiges, nausées, vomissements, etc.
  • Après quelques prises : possibles perturbations des cycles du sommeil, perte d’appétit et de désir sexuel, retard ou impossibilité de l’orgasme ou de l’éjaculation chez l’homme, perturbation ou arrêt des règles chez la femme, etc.
  • Lorsque la consommation régulière s’installe (en quelques semaines, voire quelques jours) : l’état de manque, entre deux consommations, a d’importants effets psychologiques (irritabilité, angoisse, perte d’appétit, trouble du sommeil…) et physiques (pouls élevé, éternuements, sensation de froid intense, fièvre, douleurs dans les reins, maux de ventre, dérangements intestinaux…).

 

Il existe des médicaments de substution aux personnes qui sont en train de décrocher de l'héroïne 

En cas de contrôle en entreprise, les tests salivaires vont réagir positivement aux médicements, aux produits de substitution et bien sur à l'héroine, aussi, il faut bien travailler la partie accompagnement, demande des certificats médicaux pour différencier les différents cas.